Pari gagné : j’ai fait mon premier saut en parachute à Dijon !

Coups de Coeur Nov 09, 2017 No Comments

J’ai toujours rêvé de sauter en parachute à Dijon, mais j’avais besoin d’un coup de pouce pour me lancer. Un ami m’a fait une proposition en me donnant 3 jours de réflexion. J’ai d’abord pensé que je refuserai car sur le moment, la peur m’a envahie, ou que je me dégonflerai au moment de lui répondre. Mais finalement, j’ai accepté en me disant que ce serait une expérience magique, même si j’allais être angoissée…

Préparation et montée en avion

Me voilà donc le jour J, avec mon ami, à la base aérienne de Dijon-Longvic qui, rappelons-le, a connu la naissance de la Patrouille de France. Levée dès l’aube, on me fait signer des papiers (comme quoi je ne poursuivrai pas l’aérodrome s’il m’arrive quelque chose…) puis j’enfile une combinaison pour le froid et un masque pour les yeux. Avec mon instructeur de airextrem-parachutisme.fr, nous nous entraînons aux diverses postures à adopter pendant le saut et nous mémorisons les signes pour que nous puissions bien nous comprendre (même si nous pourrons parler et nous entendre). Et c’est parti, on va devoir monter dans l’avion et là, surprise, il est tout petit !
Il n’y a pas de siège et il faut se placer juste derrière les instructeurs avec lesquels on va sauter en binôme. Avant de monter en altitude, l’avion survole Dijon et c’est magnifique (paysage, soleil qui se lève, lumières) puis nous atteignons les 4000 mètres.
Au fur et à mesure que l’avion monte, je sens mon angoisse monter aussi, mais j’essaie de garder le sourire, tout en me demandant ce que je fais là. Mais j’avais vraiment envie de le faire et c’est alors qu’est arrivé le moment d’ouvrir la porte…

 

 

Le moment du saut 

Apparemment je serai la première à partir dans ce grand saut en parachute à Dijon. D’un certain côté, cela m’arrange, car voir quelqu’un sauter devant moi m’aurait certainement dissuadée de le faire ! Je m’approche donc du vide, puis je sors mes pieds et j’adopte la position adéquate ; on se balance et ça y est, c’est le grand saut.
J’avoue que j’ai respiré profondément, fait le vide dans ma tête et dompté cette boule au ventre pour pouvoir le faire et profiter de mon expérience.
Au début du saut, j’ai l’impression que ça tourne alors je ferme les yeux. Je ne sais pas très bien où je suis et j’ai plutôt envie de retourner dans l’avion, car tout mon corps s’électrise et c’est plutôt perturbant ! Puis enfin on se stabilise en déployant les bras et là, c’est magique et extraordinaire, car j’ouvre grand les yeux et mon cœur bat hyper fort : une immense joie m’envahit.

 

 

Un instant unique… à refaire !

La chute libre dure environ 30 secondes, ce qui peut paraître long quand on a peur et très court quand on apprécie, mais elle m’a vraiment parue trop courte ! Je pensais que je compterai jusqu’à 30 si j’avais peur durant le saut, mais finalement je ne l’ai pas fait et je n’y ai même pas pensé. Le paysage était si beau, je débordais de bonheur intérieur et je n’ai jamais vécu une expérience comparable. Les mots ne seront jamais assez forts, car c’est unique et intense, mais je dirai juste que c’est une sensation de pure liberté !
Puis au bout de 30 secondes, on ouvre le parachute. La remontée est un peu violente, mais pas trop douloureuse. Apparemment nous avons 5 minutes à planer. C’est totalement différent du saut en fait. On « navigue » tout doucement. Je peux observer le paysage plus en détails et j’en profite, tout en ayant la chance de conduire le parachute.

Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

Puis vient le dernier virage avant d’atterrir, on lève alors le pied bien haut et on glisse sur le sol en prenant un peu de poussière. Je sens que j’ai les jambes molles, mais je reprends vite mes esprits et j’ai déjà envie de recommencer. Pour conclure, je suis rentrée de cette expérience les yeux plein d’étoiles et le cœur rempli de bonheur et je vous recommande de la vivre au moins une fois dans votre vie.

http://www.psychologies.com/Bien-etre/Forme/Sports/Articles-et-Dossiers/Extreme-que-cache-le-gout-du-risque

 

Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *